La véloroute entre Grenoble et Chambéry, empruntant les digues de l’Isère et les chemins agricoles de la vallée du Grésivaudan est en cour de balisage.
Un projet important dans le développement dans notre vallée, des déplacements doux et du cyclo-tourisme.


Juin 2018 :

Un aménagement a été mis en place au croisement avec la D29 au Touvet à proximité de la déchèterie, qui permet de la traverser directement sans avoir à l’emprunter, ce qui représentait un vrai danger.

Le terrain a été acquis par la mairie du Touvet et les travaux réalisés par le Conseil Départemental

 

Novembre 2017 :

Le balisage est en cours de réalisation.

Nous vous invitons à parcourir cette route et nous faire parvenir vos remarques afin que nous les fassions remonter auprès du Conseil Départemental

Un point noir pour traverser la D29 reliant Le Touvet à Goncelin vers la déchèterie (voir la photo). La mairie du Touvet est en train d’acquérir un terrain qui devrait permettre au tracé de passer directement de l’autre côté. On peut toutefois déjà utiliser un chemin  de terre qui évite la boucle.

 

Octobre 2017 :

La V63 est une véloroute qui a terme doit relier la Via-Rhona à Genève, en longeant l’Isère jusqu’à Montmélian en Savoie.

Dans le Grésivaudan une partie est déjà réalisée entre Grenoble et St Nazaire les Eymes en empruntant en grande partie les berges de l’Isère sur la rive droite.

Prochainement un tracé va être balisé jusqu’à Chapareillan afin de rejoindre celui déjà existant en Savoie. Ce Travail est réalisé par le Conseil Départemental.

Ce tracé est en lien ci-contre.

Cet itinéraire est provisoire et sera réaménagé lorsque les travaux du SYMBHI (Syndicat Mixte du Bassin Hydraulique de l’Isère) seront terminés

Si ce projet est une bonne nouvelle pour les déplacement doux sur notre territoire, plusieurs sujets d’inquiétudes nous apparaissent.

Certaines portions partagées avec les voitures ont parfois un trafic automobile important et donc peu sécurisé. C’est le cas par exemple entre Lumbin et Crolles où le parcourt passe par une route très utilisée comme voie de délestage par les voitures aux heures de pointe. De même  entre Barraux et Chapareillan la véloroute emprunte la D590a très utilisée par les voitures. La partie la plus dangereuse étant la portion de la D165 sur 400 m à St Nazaire les Eymes au sortir de la véloroute déjà existante.

Un autre problème que nous avons identifié est l’incohérence sur les règles de circulation sur un même chemin en passant d’une commune à l’autre. Par exemple sur le chemin de l’Empereur qui va de la Terrasse à La Buissière, la circulation automobile est, interdite sur la commune de la Terrasse, autorisée et limitée à 20km/h sur la commune du Touvet, interdite sur la commune de Sainte Marie d’Alloix. Il serait utile que les différentes communes adoptent une règlementation identique et cohérente avec le concept de véloroute.

L’objectif est que cette route puisse être parcourue par des familles avec des enfants et le parcourt proposé ne répond pas pour l’instant à cette attente.

Nous serons un partenaire actif du département afin de faire évoluer cette véloroute vers un tracé totalement sécurisé et hors circuit automobile. Les responsables départementaux se sont engagés à nous inclure dans la réflexion sur les choix du tracé définitif.

La qualité de ce tracé sera un élément important du développement des déplacements dans la vallée et de celui du tourisme cyclo qui connait actuellement un essor important. L’économie locale en sera un gros bénéficiaire comme c’est le cas dans d’autres régions


L'association GRENE est membre de la FRAPNA Isère

FRAPNA