D’ici 2022 quatre franchissements piétons – vélos de la vallée devraient être réalisés


                                                            Le Pont de la Buissière – Le Cheylas en janvier 2020 (Photo Claire Moreau)

20 février 2020

Le représentants du SMMAG en charge de la mobilité vélo, Dominique Flandin (élue), David Courtine (directeur) et Bénédicte Flahaut (chargée de mission) ont fait une présentation des trois projets de traversée cycliste de la vallée, lauréats de l’appel à projet national « Aménagement des discontinuités cyclables », devant être réalisés d’ici fin 2022.

Le premier concerne le franchissement des l’échangeurs de la Bâtie à St Ismier. C’est le projet le plus avancé, dont les travaux devraient commencer dès l’été prochain. Il comporte un passage en tunnel déjà réalisé sous la nouvelle bretelle, une passerelle au dessus de l’autoroute, et s’inscrit dans un projet multimodal comportant deux parkings de covoiturage voiture et vélo, des arrêts de bus et des cheminements piétons.

Le second concerne la liaison entre Crolles et Brignoud. Le dossier initial, complexe avec deux boucles, nous a été présenté comme pouvant être réétudié, compte tenu notamment du réaménagement complet de la gare de Brignoud prévu pour 2024. La solution consisterait à installer plus au sud les passerelles entre la future gare et la zone d’activité. Ce trajet plus direct permet de plus de s’éloigner de la circulation de la D10. La difficulté est liée à la traversée d’un gazoduc et aux expropriations nécessaires risquant de retarder la réalisation au delà du terme (impératif) de 2022. Souhaitons que ces obstacles puissent être surmontés compte tenu de l’intérêt évident pour tous de cette deuxième solution

Le troisième projet concerne la liaison entre la Terrasse et Tencin, via la base de loisirs du lac de la Terrasse. La traversée de l’Isère, sur le pont à voie unique actuel, serait facilitée pour les vélos par des feux à bouton poussoir. Sur le reste du trajet, on prévoit une « chaussée à voie centrale banalisée », dite aussi « chaucidou ».  Ce schéma multimodal innovant comporte une voie centrale unique pour les voitures, placée entre deux voies cyclables sur lesquelles les voitures peuvent déborder pour se croiser en l’absence de cyclistes. Cette proposition de chaucidou nous laisse cependant craindre une vitesse excessive des voitures sur cette route très rectiligne. Des alternatives devraient être étudiées. Du côté de la Terrasse, nous pensons possible d’élargir suffisamment  la chaussée pour  créer deux véritables bandes cyclables. Le Chaucidou pourrait être adapté entre le pont  de l’autoroute et celui de l’Isère. Du côté de Tencin, une passerelle sur le ruisseau du Merdaret permettrait d’accéder  directement au chemin des Béalières, parallèle à la départementale jusqu’au village. Le passage sur le pont de l’Isère resterait quant à lui inchangé dans un premier temps, sans même nécessité de feux compte tenu de la bonne visibilité, et de l’impossibilité évidente de tout croisement ou dépassement.  A plus long terme, dans le cadre d’une restructuration de la véloroute V63, le Département envisage au nord du pont la création d’une passerelle sur l’Isère, qui se raccorderait directement sur le chemin des Béalières.

13 janvier 2020

Depuis 2017 GRENE, en collaboration avec le Rif de Goncelin, se mobilise sur les déplacement doux (dits maintenant « actifs ») pour les traversée de la vallée : pont de la Buissière – le Cheylas en 2017 ( Le pont de la Buissière – Le Cheylas ), le Touvet – Goncelin et la Terrasse – Tencin en 2018  ( La Ronde cycliste des deux rives ) et 2019 ( Vélorution 2019 ).

Il s’agit de franchir trois obstacles : l’autoroute, l’Isère et la voie ferrée.

Jusqu’à présent ces franchissements ont été conçus exclusivement pour la voiture, l’exemple du pont de la Buissière – Le Cheylas en étant le dernier exemple, particulièrement criant.

Sur notre territoire le vélo était considéré avant tout comme un objet de loisir, ne justifiant pas des investissements majeurs.

Mais la culture est en train de changer, comme on le constate déjà avec la création de bandes cyclables le long des départementales D523 et D1090.

La véloroute V63 elle même, reliant sur notre territoire Grenoble à Chambéry, relève principalement d’une logique touristique. Mais son tracé actuel, loin d’être direct, cherche à évoluer vers une utilisation plus fonctionnelle au quotidien.

Les problèmes des mobilités actives étaient jusqu’à maintenant diluées entre le Département, la communauté de commune et les communes dans des thématiques multiples (environnement, transport, infrastructures routières…).

La création du SMMAG (Syndicat Mixte des Mobilités de l’Aire Grenobloise) au 1er janvier 2020 change la donne. Désormais tous les thématiques concernant les mobilités sur les trois territoires de Grenoble Alpes-Métropole, du Pays Voironnais et du Grésivaudan sont collectivement pris en charge par l’ensemble des acteurs concernés réunis dans ce nouveau syndicat.

Les projets de traversée de la vallée, présentés avec succès par le Grésivaudan à l’appel de l’État sur les mobilités sont une première réponse à nos attentes et vont permettre de tester l’efficacité de cette nouvelle organisation. Il concerne les liaisons St Ismier – Villard Bonnot, Crolles – Brignoud et La Terrasse – Tencin.

Les études concernant la liaison Le Touvet – Goncelin devraient être lancées cette année.

Il reste à se mobiliser pour la liaison Barraux – Pontcharra, sans oublier la finalisation prochaine de la liaison La Buissière – Le  Cheylas.

 

 

 

Accéder à la carte complète de l'inventaire


L'association GRENE est membre de la FRAPNA Isère

FRAPNA Isère