Sur la commune de Saint Maximin ce marais a été crée en 1262 par Louis XI pour servir de système défensif et de vivier.


Février 2018 :

Des travaux on été effectués à l’automne 2017 afin de séparer la partie étang de la partie marais. En effet les poissons présents dans le marais avaient un impact négatif sur la faune de l’ensemble du marais. 350 kg de poissons ont été récupérés par les sociétés de pèche et réintroduits sur un autre site, un merlon a été construit pour séparer les deux parties. Deux ouvrages de régulation des niveaux ont été construits. Le suivi scientifique a permis de mettre en évidence la présence de 5 espèces d’amphibiens en 2017 mais la rainette arboricole qui avait été observée jusqu’en 2000, n’a toujours pas été observée.

Novembre 2014 :

Sur la commune de Saint Maximin ce marais a été crée en 1262 par Louis XI pour servir de système défensif et de vivier.

Il couvre une surface de 1,4 hectare et il est alimenté par des eaux souterraines et les eaux de ruissellement.

Il est classé en Espace Naturel Sensible Communal (ENS) depuis 2009 et un partenariat a été mis en place avec le Conservatoire des Espaces Naturels en Isère.
Le marais est couvert d’une importante roselière, de grandes laîches et de Saules cendrés.
De nombreuses espèces migratrices y font une halte et s’y nourrissent.
Le marais a hébergé jusqu’à récemment la Rainette arboricole qui a disparu mais qui a été de nouveau entendue cette année.
Les batraciens sont nombreux mais en diminution du fait de l’introduction de poissons au début des années 2000.
On y rencontre le héron cendré, la rousserole effarvate, de nombreux canards.
On a noté la présence du triton alpestre.

Accéder à la carte complète de l'inventaire


L'association GRENE est membre de la FRAPNA Isère

FRAPNA Isère